La détérioration des peintures

Les peintures sont des mélanges complexes qui ont une propriété commune: tôt ou tard, elles peuvent être attaquées et détruites. Cela peut être la conséquence des conditions climatiques ou d’autres facteurs environnementaux, de l’influence humaine, ou des micro-organismes.

Ces derniers peuvent remarquablement s’adapter, même dans les conditions les plus inhospitalières. Ainsi même les peintures peuvent être colonisées par des germes, surtout celles à l’eau: ce sont surtout les bactéries, plus occasionnellement les levures et champignons. Presque toutes les bactéries peuvent s’adapter dans les peintures, tant que les conditions leur sont favorables.

Quelles sont les conséquences?

Les conséquences sont semblables à celles de la nourriture:

  • mauvaises odeurs, typiques des peintures avariées
  • production de gaz
  • décoloration par des microbes pigmentés ou des métabolites colorés
  • perte de viscosité, comme par exemple les épaississants à base de cellulose qui sont dégradés par le système enzymatique des bactéries ou des levures
  • Séparation de phases
  • Formation de boues causés par des Entérobactéries ou des champignons

Comment éviter ces dégradations?

La prévention est primordiale:

  • Utilisation de conservateurs:
        • 5-chloro-methylisothiazolin-3-one (CIT) et 2-méthylisothiazolin-3-one (MIT) comme l’ORGANCIDE 14.
        • Ammonium quaternaire comme le VITALUB QC 50
  • Hygiène pendant la phase de production: importance de la formation du personnel, d’une documentation détaillant différentes étapes de désinfection