Activités maritimes - France Organo Chimique

Secteur maritime

▷ Marine marchande, transports fluviaux
▷ Forces navales, Marine nationale
▷ Flottes de pêche

Dans la marine le risque de contamination des combustibles légers par les micro-organismes est connu depuis de nombreuses années. Il concerne les fractions pétrolières moyennes : gazole et diesel marine léger. Ce risque est en général maîtrisé grâce à un certain nombre de précautions lors du stockage. Cependant, on observe périodiquement une recrudescence d’incidents, plus ou moins sévères, liés à une présence d’eau dans le carburant.

La respiration naturelle des soutes à combustible en atmosphère humide ainsi que les entrées d’eau de mer contribue à introduire une certaine quantité d’eau qui, le plus souvent, décante au fond des soutes et des caisses. C’est alors un milieu favorable à la prolifération des micro-organismes. La chaleur, aux environs de 25 à 30°C, accélère le métabolisme des micro-organismes provoquant alors une croissance rapide.

La matière organique formée, lorsqu’elle migre dans le gazole, peut provoquer des incidents d’utilisation sérieux : colmatage des filtres, corrosion des circuits par les acides ou autres substances agressives, détérioration de l’injection, parfois même grippage de l’ensemble piston-cylindre.

La biocontamination du combustible peut être suivie avec notre test de terrain MICROTEST P correspondant à la norme NF M 07-070. Lorsqu’une contamination est détectée, un traitement au FUELCIDE D 1.5 est nécessaire à la concentration de 3 litres de biocide pour 10 000 litres de combustible pour l’éradiquer.